vendredi 22 janvier 2016

Les espaces décloisonnés : Feng Shui ou pas ?



 

















La baignoire dans la chambre à coucher, le four dans le salon, les enfants qui font leurs devoirs sur la table de cuisine pendant que les adultes préparent le diner en regardant la télé qui hurle à tue-tête pour couvrir le bruit de la cocote-minute où cuisent les brocolis.
Somme toute, la vie ordinaire d’une famille vivant dans une maison aux espaces décloisonnés.

Les espaces ouverts, ou pièces en open space, ont gagné en popularité au cours des dernières années.

Pourquoi cette tendance est-elle tellement en vogue  et est-elle Feng Shui ?

Interrogé sur la question, un partisan de l’open space répond :

Ce qui séduit dans les espaces ouverts c’est de vivre dans une maison où règne un esprit de partage et de complicité. Un espace ouvert permet principalement aux occupants d’évoluer dans un environnement propice aux échanges. »

Le partage, l’échange, la complicité oui sont primordiaux pour faire d’un être humain une personne équilibrée puisque nous sommes des êtres sociaux nourris par ces échanges.

Mais pour que ces échanges soient pleinement enrichissants et de qualité, ne devons-nous pas y être totalement présents ? Non seulement présents dans la pièce mais totalement et uniquement présents par la pensée aux amis qui nous parlent, à nos enfants qui nous demandent de l’aide pendant les devoirs, à mon conjoint qui tout en cuisinant évoque une tension au travail qu’il a mal vécue … alors que je suis tout près de lui dans la pièce mais « dans mon bureau » , fatiguée par ma journée et tentant vainement de boucler un dossier pour commencer ma soirée en famille.

Nous sommes en capacité de faire toutes ces choses en même temps. L’épuisement n’est pas loin …

Ces ouvertures qui partent « d’un bon sentiment » rendent ma foi bien difficilement conciliable une vie inscrite dans le « ici et maintenant », gage de sérénité et de plénitude, qui nous garantit de vivre PLEINEMENT une chose à la fois et ressentir la joie, une pleine satisfaction.

Le partage oui mais uniquement quand j’y suis disposée c’est-à-dire totalement en capacité d’émettre et de recevoir sur le sujet partagé.

Dans une maison plus cloisonnée, je prépare mon dîner avant que mes invités arrivent et lorsqu’ils sont là, les odeurs de cuisine restent dans la cuisine et les casseroles sales aussi.
Je suis ravie d’avoir préparé tous ces petits plats pour eux toute l’après-midi.
Mes invités arrivent. Je vais me régaler pleinement d’eux, être totalement attentive à eux et au contenu des casseroles … 
 Je vais échanger avec eux sans avoir à me concentrer en même temps sur une règle de 3 pour doser les ingrédients de ma pâte à crêpes.

Le Feng Shui est l’écologie de la maison. Le terme écologie vient du grec oikos (maison, habitat) et logos (discours) : c'est la science de la maison, de l'habitat. Des intéractions entre l’homme et son milieu naturel.
C’est une science taoïste, appelé acupuncture de la maison qui visent l’harmonie et l’équilibre. Chaque chose a sa place - chaque chose à sa place. En Feng Shui, à chaque activité, on attribue une ambiance et on la traite dans son agencement, ses couleurs, ses matières pour ce que l’on a à y faire.

Nous savons faire plusieurs choses en même temps. Dans la course au temps, c'est même conseillé. Mais connaissez-vous cet adage ? Quand tu es pressé, prends tout ton temps ! Je rajouterai "mets y toute ta conscience".

Je m’interroge sur la fatigue à termes engendrée par un tel mode de vie. Et au final, sur la qualité des échanges que nous créons avec nos amis, nos familles.

Partages, échanges facilités, plus nombreux, plus rapides sûrement mais en termes de qualité, qu’en est-il vraiment au final ? Ne vaudrait-il pas mieux des échanges moins quantitatifs mais plus qualitatifs ?

Et lorsque l’on parvient à concilier les deux (la règle de trois pour la pâte à crêpes et retenir la date de la future opération chirurgicale de mon amie présente face à moi dans le salon), demandons-nous au prix de quel niveau de concentration on y est parvenu ? Ne peut-on pas craindre l’épuisement, comme une sorte de burn-out ?

Le Feng Shui c’est l’harmonie, l’équilibre, le fameux Tao : la voie du Milieu.
Pour vivre en harmonie avec et grâce à notre environnement, le Feng Shui nous encourage à vivre chaque pièce à 100 % de ce qu’elle a à nous offrir en ce qu’elle porte de singulier en termes d’énergie.
La cuisine : l’espace santé. Tout est pensé à l’intérieur pour créer une atmosphère où chaque préparation sera bénéfique pour notre énergie. Je suis concentrée sur ce que je fais, porte fermée.
Le salon : l’espace convivialité et partage et l’espace salle-à-manger, j’accueille la présence des invités autour de la table et dans une ambiance aux couleurs feutrées, je déguste chaque bouchée, chaque gorgée.

Néanmoins, on peut toujours trouver un terrain d’entente. Des solutions intéressantes pour avoir la possibilité d’ouvrir ou de fermer les espaces à volonté.Comme sur la photo en haut de l'article. Lorsque je fais du bruit ou que je cuisine des brocolis, je ferme la porte. Lorsque j'y suis pour des choses non bruyantes ni odorantes et que je veux échanger avec une personne dans le salon, je peux laisser la porte ouverte.

Je vous souhaite le meilleur !







2 commentaires:

una idea a dit…

Coucou Carole !

C'est très intéressant.

Grosses bises à toi :)

Sylvie Maerten a dit…

Pour moi c'est une évidence.
Une spécialiste depuis 10 ans.
��